« L’esprit cherche et c’est le cœur qui trouve »
George Sand

Dr. Luc Buée

Les travaux du Dr. Luc Buée

CNRS,  Team neurodegenerative diseases, Lille. Appel à projets 2008

2008 – Les hypothèses

Est-ce que l’obésité et le diabète augmentent le risque de développer la maladie d’Alzheimer ?

2013 – Les conclusions de l’étude (source INSERM)

Ces travaux, principalement financés par la Fondation Cœur et Artères, ont montré expérimentalement que l’obésité aggraverait les lésions cérébrales associées à la maladie d’Alzheimer. De même, la résistance à l’insuline trouvée dans le diabète de type 2, ne serait pas un facteur aggravant dans les effets de l’obésité sur cette maladie neurodégénérative.

Cette étude ouvre de nouvelles perspectives de lutte contre la maladie d’Alzheimer mais nous pousse aussi à maintenir nos efforts sur la prévention de l’obésité.

La Fondation Cœur et Artères félicite toute l’équipe du Dr Buée pour cette avancée majeure, qui justifie son implication quotidienne dans la lutte contre les maladies cardio-vasculaires.

La maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées représentent la première cause de la perte des fonctions intellectuelles liées à l’âge.

Les altérations cognitives observées dans la maladie d’Alzheimer sont le résultat de deux types de lésions : les «plaques» amyloïdes à l’extérieur des neurones et l’accumulation de protéines Tau anormales à l’intérieur des neurones. Mais alors qu’on savait déjà que l’obésité jouait un rôle dans la formation des plaques amyloïdes, son impact sur l’accumulation de protéines Tau anormales dans les neurones n’était pas clairement élucidé.

C’est désormais chose faite, grâce à l’équipe « Alzheimer & Tauopathies » de l’unité mixte de recherche 837 (Inserm/Université Lille 2/Université Lille Nord de France) dirigée par le Dr. Luc Buée, en collaboration avec l’unité mixte de recherche 1011 « Récepteurs nucléaires, maladies cardiovasculaires et diabète ».

Pour parvenir à ce résultat, de jeunes souris transgéniques, qui développent progressivement avec l’âge, une neurodégénerescence liée à la protéine Tau, ont reçu durant 5 mois un régime riche en graisse, induisant une obésité progressive. Suite à ce régime, les souris obèses ont développé des lésions compatibles avec la maladie d’Alzheimer (accumulation de protéines Tau anormales dans les cellules neuronales et perte de la mémoire).

Plus d’information sur le site de l’INSERM

Sources:
Diabetes. 2012 Dec 18. Detrimental Effects of Diet-Induced Obesity on τ Pathology Is Independent of Insulin Resistance in τ Transgenic Mice.Leboucher A, Laurent C, Fernandez-Gomez FJ, Burnouf S, Troquier L, Eddarkaoui S, Demeyer D, Caillierez R, Zommer N, Vallez E, Bantubungi K, Breton C, Pigny P, Buée-Scherrer V, Staels B, Hamdane M, Tailleux A, Buée L, Blum D. Université Lille-Nord de France, Université du Droit et de la Santé de Lille, Lille, France.
PMID: 23250356