« L’esprit cherche et c’est le cœur qui trouve »
George Sand

Pr Michel Haissaguerre

Les travaux du Pr Michel Haissaguerre

IHU LIRYC – BOREAUX – Appel à projets 2014 & Appel à projets 2017

Mécanismes des tachyarythmies ventriculaires à l’origine de mort subite

Les morts subites (350.000 cas /an en Europe) sont la plupart du temps liées à la survenue de véritables tornades électriques cardiaques appelées fibrillations ventriculaires responsables de contractions cardiaques inefficaces. Les mécanismes électriques qui sous-tendent le déclenchement et le maintien de ces perturbations électriques cardiaques sont encore mal identifiées et mal connues. Afin de mieux comprendre et traiter les mécanismes de la mort subite, il est indispensable de pouvoir disposer de méthodes d’exploration fines et complètes.
Les travaux du Pr Haissaguerre et de son équipe, travaux soutenus par la Fondation Cœur et Artères, ont pour objectif de développer et de valider une nouvelle technique d’imagerie tridimensionnelle non-invasive des fibrillations ventriculaires. Cette nouvelle technique d’imagerie électrocardiographique (ECGi) est un outil prometteur, déjà utilisé dans la fibrillation auriculaire, permettant d’obtenir une cartographie non-invasive de haute résolution spatiale de l’activité électrique cardiaque à partir d’un enregistrement de surface provenant de 252 électrodes
Pour étudier les mécanismes de la tachycardie ventriculaire, un nouveau dispositif expérimental a été créé et développé pour permettre la validation des nouveaux outils d’analyse et de traitement des signaux. Ainsi sur un modèle porcin, les expériences réalisées ont permis des enregistrements de rythme sinusal sain et de stimulation, et l’induction de tachycardie ventriculaire.
Ces travaux ont montré que cette nouvelle technique d’exploration de l’activité électrique cardiaque est fiable, permet d’identifier les désynchronisations électriques cardiaques et la resynchronisation par stimulation électrique et fournit plus d’informations utiles que les explorations classiques.
A la suite des modèles porcins, il est proposé d’appliquer cette technique d’imagerie électrocardiographique sur des cœurs humains explantés et non éligibles pour la transplantation cardiaque (projet autorisé par l’agence française de Biomédecine). De plus des techniques d’imagerie optique et une analyse une analyse moléculaire et cellulaire des propriétés du myocarde humain devraient permettre de mieux comprendre le couplage excitation électrique- contraction du muscle cardiaque.
Ces travaux fourniront de nouveaux outils et de nouveaux marqueurs pour l’identification du risque de fibrillation ventriculaire et l’amélioration de leur traitement.