« L’esprit cherche et c’est le cœur qui trouve »
George Sand

Pr Sophie Visvikis-Siest

Les travaux du Pr Sophie Visvikis-Siest

Université Henri Poincaré – NANCY- Appel à projets 2010

Quelle place prennent les variabilités génétiques dans le traitement de l’athérosclérose ?

A l’origine de nombreuses maladies cardiovasculaires, l’athérosclérose se caractérise par le dépôt d’une plaque de lipides (athérome) sur la paroi des artères, entrainant par la suite sa lésion (sclérose). Les complications de l’athérosclérose sont à l’origine des deux premières causes de mortalité dans le monde: infarctus du myocarde et accident vasculaire cérébral. La recherche sur cette affection et ses traitements est donc essentielle.

L’équipe du Pr Visvikis-Siest s’est plus particulièrement penchée sur les médicaments antiplaquettaires, les thiénopyridines (dont le clopidogrel et le prasugrel) utilisés pour réduire les risques de thrombose chez les patients ayant présentés un infarctus du myocarde, un accident coronarien ou un infarctus cérébral.

Ces médicaments modulent l’activité des plaquettes : ils peuvent non seulement influencer la formation de caillots mais aussi l’inflammation des vaisseaux, mécanismes à l’origine de l’athérosclérose et de ses complications. Ces propriétés anti-inflammatoires intéressent particulièrement les chercheurs.

En outre, les données existantes sur les propriétés anti-inflammatoires de ces antiplaquettaires ne prennent pas en compte les variabilités génétiques. L’objectif de cette étude est d’étudier ces variabilités afin d’imaginer des traitements plus personnalisés.