« L’esprit cherche et c’est le cœur qui trouve »
George Sand

Le diabète

Le diabète est une maladie chronique due à un excès de sucre dans le sang. On parle d’hyperglycémie car le sang contient alors trop de glucose. Il faut différencier le diabète de type 1 du diabète de type 2.


Le diabèteLe diabète est une maladie chronique qui apparaît lorsque le pancréas ne produit pas suffisamment d’insuline ou que l’organisme n’utilise pas correctement l’insuline qu’il produit. L’insuline est une hormone qui diminue la concentration de sucre dans le sang. En cas de diabète, il y a donc une concentration trop élevée de sucre dans le sang.

Le diabète de type 2 survient majoritairement tardivement. Il est favorisé par le surpoids et l’obésité. Il se développe également dans un contexte héréditaire. Il est ensuite favorisé par une alimentation trop riche en graisse et en sucre et par un déficit d’activité physique et est donc très lié à notre mode de vie.

Le diabète de type 1 est quand à lui le diabète sucré insulino-dépendant qui apparaît à l’enfance ou l’adolescence. Il touche 5 à 10% de tous les cas de diabète.

le diabèteAvec le temps, le diabète endommage le cœur, les vaisseaux sanguins, les yeux, les reins et les nerfs. Il augmente considérablement le risque de maladies cardiovasculaires: le diabète de type 2 est responsable dans notre pays de 15% des infarctus, angioplasties et pontages, 20% des dialyses rénales, 500 à 1000 cécités et 8500 amputations par an.


Le diabète
D’après l’association française du diabète « en seulement 13 ans, alors que les messages d’information et de prévention se sont multipliés, le nombre de personnes diabétiques est passé de 1,6 à 3 millions. A cela s’ajoute les diabétiques qui s’ignorent, soit environ 700 000 personnes. »

En 2000, le taux de prévalence du diabète de type 2 était de 2,6%. En 2013, il atteint les 4,7% selon l’Institut de veille sanitaire (INVS) dans son bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de novembre 2015 (N° 34-35).

Il s’agit essentiellement du nombre de diabète de type 2 lié principalement à l’augmentation du nombre de personnes en surpoids ou obèses, et non du diabète de type 1 (maladie auto-immune).