« L’esprit cherche et c’est le cœur qui trouve »
George Sand

Le sel, en petite quantité !

Le sel, en petite quantité !

WEO – Emission « Santé Bonheur »

Quelques conseils de prévention:

En moyenne, nous en consommons environ 8 à 9 g par jour alors que 5 à 6 g sont suffisants.

On distingue deux sources :
Le sel « visible » : celui que vous ajoutez vous-même en cuisinant ou à table.
En réalité, il ne représente qu’une faible part (10 à 20%) du sel que nous consommons.
Pour éviter les excès, ayez la main légère en cuisine et évitez de resaler à table. Découvrez les autres manières d’accommoder les plats !

Le sel dit « caché » : présent à l’état naturel dans les produits ou ajouté lors de leur fabrication. On en trouve dans beaucoup de produits courants comme le pain, les fromages, les charcuteries, les condiments (moutarde, bouillon, câpres…) ou encore dans les préparations du type plats cuisinés, soupes, jus de légumes, biscuits, viennoiseries…
C’est la principale source de sel dans notre alimentation (environ 80%).
Pour en limiter votre consommation, comparez les étiquettes sur les emballages, choisissez les produits les moins salés et diminuez les quantités consommées.

Quelques repères sur la quantité de sel contenue dans nos aliments
On retrouve environ 1 g de sel (1/5ème de la consommation recommandée de 5 g par jour) dans :
- une rondelle de saucisson
- une poignée de biscuits apéritifs ou de chips
- le tiers d’un sandwich
- un bol de soupe
- 4 tranches de pain
- une part de pizza

Qu’est-ce que le sel nous apporte ?
Le sodium contenu dans le sel joue un rôle important pour notre organisme. Il aide notamment à bien répartir l’eau dans le corps et à réguler la pression et le volume sanguin. Il est également essentiel au bon fonctionnement des muscles, au cheminement de l’influx nerveux et au bon fonctionnement du cœur.

Mais pourquoi faut-il limiter notre consommation ?
Une consommation trop importante de sel a des effets négatifs sur la santé car elle entraîne une augmentation de la tension artérielle et à terme des risques de maladies cardiovasculaires.
> La consommation excessive de sodium entraîne des problèmes de rétention d’eau. Certaines des conséquences de la rétention d’eau sont d’ordre esthétique. Par exemple, les femmes qui font de la rétention d’eau sont plus sujettes à la cellulite.
> Par ailleurs, le sel, en entraînant un dessèchement des tissus, peut accélérer le vieillissement de la peau, au même titre que le soleil ou la cigarette.
> Le sel s’attaque également aux tissus internes; en leur faisant perdre leur élasticité naturelle, il augmente les risques de développer des œdèmes et de souffrir d’hypertension artérielle, d’où les risques d’accidents potentiellement fatals.
> A partir de 40 ans, environ la moitié de la population souffre d’hypertension artérielle.
> Il a été clairement démontré qu’une consommation abusive de sel risquait d’entraîner, chez certaines personnes, une insuffisance cardiaque ou rénale.
Des recherches ont également fait un lien entre une consommation excessive de sodium et l’ostéoporose. Le sel pourrait finalement favoriser l’apparition de certains cancers du système digestif. Certaines personnes sont particulièrement sensibles aux effets négatifs du sel; celles qui sont sujettes aux inflammations de toutes sortes ou qui ont des antécédents de troubles cardio-vasculaires et d’hypertension devraient, plus que les autres, faire attention à leur consommation.

Comment réduire ma consommation de sel ?
Ces conseils ne sont pas valables pour les enfants de moins de 3 ans. Ils ne sont pas forcément adaptés si vous souffrez de certaines pathologies. Demandez conseil à votre médecin.
2 conseils essentiels en cuisine :
- Lorsque vous faites bouillir de l’eau pour des pâtes ou pour du riz, réduisez la quantité de sel que vous ajoutez dans l’eau de cuisson.
- N’oubliez pas de goûter votre plat avant de le saler ou de le resaler!
Le sel iodé:
L’iode est indispensable à notre organisme.
Pensez à utiliser exclusivement du sel iodé, que vous trouverez facilement dans le commerce.